Le vendredi 22 septembre 2017

Bassin versant de la rivière Matane

La gestion intégrée de l’eau par bassin versant est le cadre de gestion de l’eau appliqué au Québec depuis 2002, date d’entrée en application de la Politique nationale de l’eau. Il s’agit d’un mode de gestion durable de l’eau qui vise à préserver cette ressource précieuse en tout temps et pour tous les usages. Son objectif est également de protéger la santé publique et d’assurer l’intégrité des écosystèmes. Elle repose sur une gestion intégrée au travers de nouvelles unités géographiques responsables de son application : les bassins versants.Cliquez pour agrandir cette image

Un bassin versant est un territoire dont les eaux se déversent vers un même lieu donné. Le bassin versant de la rivière Matane comprend toutes les superficies drainées par la rivière Matane et ses tributaires. Il draine une superficie de 1690 km2 et comprend 10 municipalités sur son territoire : Matane, Saint-Léandre, Sainte-Paule, Saint-René, Saint-Adelme, Saint-Jean-de-Cherbourg, Les Méchins, Saint-Vianney, Saint-Tharcisius et Saint-Alexandre-des-Lacs.

Afin d’assurer la gestion intégrée du bassin versant de la rivière Matane selon les directives de la Politique nationale de l’eau, la Table de concertation du bassin versant de la rivière Matane est depuis 2009 rattachée à l'Organisme des bassins versants du nord-est du Bas-Saint-Laurent. Elle a déposé l’analyse du bassin versant (portrait et diagnostic) et est en cours d’élaboration d’un plan d’action à l’échelle locale qui permettra de rejoindre les objectifs fixés. Un portrait sommaire récapitulatif du bassin versant de la rivière Matane reprend les principales données hydrologiques et des problématiques de qualité de l’eau.

Algues

Cyanobactéries (algues bleu-vert) cyano.jpg

Les cyanobactéries sont naturellement présentes à de faibles concentrations dans les plans d'eau et ne causent pas de problème.

Toutefois, les cyanobactéries sont problématiques lorsqu'elles sont abondantes puisqu'elles libèrent des toxines lors de leur mort, rendant l’eau impropre à la consommation et les activités aquatiques risquées. La prolifération des cyanobactéries est causée principalement par un surplus de phosphore dans les plans d'eau. Le phosphore peut provenir entre autres d'engrais (engrais minéraux, compost, fumier) épandus sur les sols ou sur la pelouse et d'installations septiques.

Site web du MDDEP, Guide d'identification des fleurs d'eau de cyanobactéries

Algue Didymo

Source: Document PDF - Qu’est-ce que l’algue « Didymo » et comment prévenir sa propagation dans nos rivières? - Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs et ministère des Ressources naturelles et de la Faunedidymo.jpg

L'algue Didymo est une algue envahissante pour certaines rivières autour du monde. Sa couleur varie de jaune brunâtre à blanc, croit sur les substrats rocheux en eaux peu profondes et a la texture de la laine mouillée. La présence de l’algue Didymo n’est pas une conséquence de la pollution ou de l’excès de phosphore dans les cours d’eau. L’algue Didymo n’est pas toxique et ne rend pas l’eau impropre à la consommation.

L’algue Didymo se propage par les équipements des usagers des cours d’eau. Elle peut également se propager par la faune. Elle ne semble cependant pas avoir d'impact sur les saumons. L’algue Didymo a été détectée dans la rivière Matane en 2006.